Quels sont les risques de la vape sur la santé ?

Depuis que la cigarette électronique est apparue sur le marché, on n’a de cesse de dire que son utilisation est plus saine pour l’organisme. On s’étonne alors d’entendre que dernièrement, l’appareil serait à l’origine de divers maux, parfois mystérieux. Quels sont ces méfaits que l’on induit à la vape et peut-on réellement parler de méfaits ? Réponses à la suite.

L’e-cigarette : un appareil électronique

Avant toute chose, nous tenons à rappeler que l’e-cigarette est un appareil électronique pourvu d’une batterie ou d’accus et d’une résistance. Ces deux éléments lui donnent la puissance, la tension et l’autonomie. Le réglage des watts d’une cigarette électronique est possible en fonction de ses envies, de la nature de ses e-liquides et de son mode d’inhalation.

Pour faire fonctionner le dispositif, il faut s’assurer d’avoir une batterie pleinement chargée et d’avoir assez de liquide dans son réservoir. C’est ce liquide, réchauffé au contact de la résistance qui va générer l’évaporation, soit la production de vapeur. La vapeur est ensuite aspirée au niveau du drip tip par le vapoteur.

Contrairement à la cigarette classique, la version électronique ne nécessite pas de combustion. C’est le courant électrique délivré par la batterie qui va réchauffer la résistance et ainsi provoquer l’évaporation. L’absence de combustion est le premier avantage de la vape sur la santé, car le dispositif ne risque pas de produire de la fumée nocive ou du monoxyde de carbone.

Une épidémie mystérieuse sévit aux Etats-Unis

Depuis quelques années, de nombreux vapoteurs Américains se plaignent de souffrir d’une maladie mystérieuse qui serait liée à la vape. Il s’agirait d’une maladie pulmonaire qui a alerté les autres vapoteurs.

Ne tirons toutefois pas de conclusion hâtive, car il a été démontré que cette fameuse maladie serait liée à l’ajout de produits illicites et illégaux dans les e-liquides. Ce sont les vapoteurs concernés eux-mêmes qui auraient pris l’initiative d’ajouter ces ingrédients dans leurs liquides. Autrement dit, s’ils s’étaient contentés de la formule de base connue et approuvée par les autorités sanitaires, ils n’auraient eu aucun problème de santé.

Ce fait souligne l’importance de ne pas ajouter des produits douteux dans ses liquides surtout si vous êtes adeptes du DIY. Pour ne pas se mettre en danger, respectez toujours la formule habituelle c’est-à-dire « propylène glycol + glycérine végétale + arômes + nicotine +  alcool ». Il va dans dire que les deux derniers éléments sont facultatifs et doivent respecter un seuil maximal précis à savoir 20 mg/ml pour la nicotine et 1 % pour l’alcool.

Des produits toxiques dans la vapeur ?

La fumée de la cigarette contient des centaines de produits toxiques et cancérigènes, mais cela n’est plus une nouveauté pour les consommateurs. Par contre, apprendre que la vapeur de l’e-cigarette en contiendrait aussi quelques-uns a le don d’alerter. L’explication est pourtant simple et en plus, il est facile d’éviter la formation de ces produits dans la vapeur.

D’après des études menées par l’INC (Institut national de la consommation), des substances toxiques ont été retrouvées dans la vapeur issue de certains e-liquides. Parmi ces produits, on cite le formaldéhyde, l’acétaldéhyde et l’acroléine. Après investigation, les scientifiques ont découvert que la présence de ces produits était liée à une température de chauffage trop élevée du dispositif.

Il faut effectivement savoir que certains vapoteurs effectuent quelques bricolages pour booster la puissance de leur e-cigarette. Il faut pourtant comprendre qu’au-delà de 300°C, la température de chauffe ne génère plus seulement l’évaporation. Et si vous montez très au-dessus de ce seuil, sachez que vous vous rapprochez de la température de combustion (environ 800°C) et qu’à part les produits cités plus haut, vous pourrez aussi avoir du monoxyde de carbone dans vos vapeurs.

Et toujours en termes de température de chauffe, il faut savoir que la température idéale dépend du taux de PG et de VG dans votre e-liquide. Alors qu’un e-liquide à taux élevé de PG s’évaporera dès 180°C, une formule riche en VG aura besoin de 200-250°C pour dégager de la vapeur.

A lire – A quel volt ou watt dois-je régler ma cigarette électronique ?

Des effets secondaires découverts, mais évitables

Autre point qui a chamboulé le monde de la vape : l’apparition de divers symptômes dont se sont plaignent plusieurs vapoteurs. Parmi les signes les plus communs, il y a le vertige, les nausées et/ou vomissements, les étourdissements, les maux de tête, la déshydratation, les irritations au niveau de la gorge et la sècheresse buccale.

Après investigation, les scientifiques ont découvert deux choses :

  • Ce sont des effets secondaires passagers, non toxiques et non dangereux pour la santé
  • Ils sont liés à des taux de PG et de nicotine trop élevés

Il suffirait alors de réduire la teneur de ces ingrédients pour chasser ses symptômes gênants.

Laisser un commentaire